Archives

La vanité de Compère Citronnier

De Kristelle APATOUT
Chez Jasor, Mars 2013
Prix 9,50€

citronnier

Une bonne leçon de moral

Résumé

Compère Citronnier est le plus bel arbre, ses fruits, les citrons sont  gros et juteux ! Les autres arbres le jalousent et tous les animaux veulent goûter à ses fruits.

Seulement à force de flatterie, il devînt un arbre vaniteux et méchant. Les animaux décidèrent de lui donner une bonne leçon.

Découvre avec ce conte comment le Citronnier est devenu l’arbre chétif que l’on connait de nos jours.

Mon avis

Je suis heureuse de pouvoir vous faire découvrir ou redécouvrir la littérature Antillaise pour la jeunesse.

L’histoire de compère Citronnier déborde d’imagination, en la lisant, je me suis de nouveau retrouvée en colonie de vacances lors des veillées nocturnes quand les animateurs nous contaient des histoires! Yé CRIC… Parfois elles faisaient peur mais souvent nous devions trouver et retenir la morale . . . Yé crac. . .

Je vous propose de rencontrer Kristelle Apatout, l’auteure grâce à cette petite interview :

Interview de l’auteur

GDL : Pouvez-vous vous présenter? (Nom, Prénom, travail, quelques mots sur votre vie privée (enfants,…))

KA : Je m’appelle Kristelle Apatout. Je suis née le 26 octobre à Meaux en Seine et Marne, j’ai vécu là-bas jusqu’à l’âge de 7 ans. J’ai deux sœurs, une petite et une grande. Elles sont toutes les deux professeur.

Je suis mariée et mère de trois enfants (Une fille et deux garçons) âgés de 2 ans, 4 ans et 13 ans. Je vis à Sainte-Anne. Je suis éducatrice de jeunes enfants. J’ai travaillé de nombreuses années en crèche en tant qu’éducatrice puis directrice. Actuellement, je suis éducatrice de jeunes enfants indépendante. Je réalise des missions dans les structures d’accueil de la petite enfance, du soutien à la parentalité avec les particuliers par le biais des CCAS et des associations de service à la personne…

Qu’est-ce qui vous à amener à écrire des livres pour enfants? Et pourquoi avoir choisi ce public?

Enfant, mes parents me racontaient beaucoup d’histoires pour m’aider à m’endormir. Ma mère me lisait les contes classiques : comme le petit Chaperon rouge, Blanche Neige, La Belle au bois dormant… De temps en temps, mon père aussi, me racontait des histoires créoles. Il s’agissait des contes créoles traditionnels de compère Lapin, compère Zamba etc. J’aimais beaucoup ces moments.

A 12-13 ans, mes loisirs favoris étaient la lecture et le dessin. Nous habitions à cette époque, à la campagne, nos parents travaillaient. Pendant les vacances, lorsqu’on ne sortait pas en famille (visites aux cousins, grands-parents, plages, courses), c’est à la maison qu’on s’occupait. Au collège, je me suis rendue compte que mes rédactions plaisaient. J’ai été encouragée par mes professeurs de français.

Plus tard, j’ai tenu un blog de textes divers : politique, société, famille, culture… Il m’a amené progressivement à écrire sur la Nature, et, pour les enfants.

De plus, en tant qu’éducatrice, je ne trouvais pas dans les librairies des histoires satisfaisantes, qui mettaient en valeur notre patrimoine. Je voulais des contes qui parlent de notre environnement, des textes qui décrivent les richesses de notre faune et flore. Je voulais vraiment faire découvrir et apprécier la Guadeloupe, la Caraïbe.

D’où vous est venue l’idée de l’histoire de Compère Citronnier?

Je ne sais pas comment viennent les idées. C’est souvent en observant l’environnement qu’une pensée en amène une autre.

Cette histoire fait partie d’une forme de collection de contes dans lesquels je m’interroge sur les raisons des particularités des êtres vivants.

Pour « La vanité de compère citronnier », j’ai voulu faire un conte mettant en valeur nos arbres parce qu’ils sont tous magnifiques. On ne fait pas attention à eux car ils font justement partie du paysage. Ils sont pour nous « communs » J’ai imaginé un flamboyant extravagant, un campêche rustre, un figuier maudit lugubre et un citronnier qui était autrefois vaniteux car il était le plus beau. L’enfant grâce aux histoires pourra porter un autre regard sur ces arbres et chercher à les découvrir. « L’animisme » qui caractérise sa pensée facilite encore cela.

Et pourquoi avoir décidé de la faire publier?

Mes proches ont aimé cette histoire, ils m’ont conseillé de la proposer aux éditeurs.

Pouvez-vous nous expliquer les étapes par lesquelles vous êtes passée pour aboutir à cette publication?

J’ai seulement écrit le texte. Je l’ai adressé aux éditions Jasor. Il a été soumis au comité de lecture puis retenu. Un contrat d’édition a été signé avec les éditions Jasor. Nous avons ensuite procédé à des corrections. Certaines parties ont dues être complètement réécrites. Les éditions Jasor ont ensuite trouvé un illustrateur. On m’a soumis les dessins. Puis le livre est sorti. La procédure a duré environ deux ans car il a été difficile de trouver l’illustrateur adéquat.

Intervenez-vous dans des écoles ou des associations pour parler ou raconter cette histoire?

Oui, l’association « Ka, Contes et Comptines » a été créé en août 2016. Nous nous déplaçons dans les écoles pour raconter cette histoire et bien d’autres aux enfants. 11 petits spectacles ont déjà été proposés en écoles, médiathèque, centre culturel, OMCS. Je dis spectacle car il s’agit d’animations autour du livre. Les histoires sont entrecoupées de chansonnettes. Je suis accompagnée d’un joueur de tambour et d’une danseuse de gwo ka. C’est un partenariat avec l’association culturelle « Lakou véranda » (musique et danse traditionnelle)

Ayant l’imagination un peu fertile, j’ai voulu proposé un concept nouveau. Je propose aux établissements, de créer un conte en adéquation avec leur projet. Les histoires racontées sont inédites. C’est ainsi que les histoires suivantes sont nées :

Pourquoi le racoon porte un masque

Pourquoi mange-t-on des ignames à Noël

La légende du poisson armé

Pourquoi le chant du coq fait le soleil se lever etc…

Quelles sont vos projets pour l’avenir en tant qu’auteure? Avez-vous d’autres livres en cours de rédaction?

J’ai beaucoup de projets. Grâce à l’association « Ka, contes et comptines » je continue à écrire et à lire des histoires aux enfants. Le grand projet 2017-2018 est de publier un livre CD en collaboration avec un artiste peintre guadeloupéen. J’espère pouvoir le mener à bout !

Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mon activité à bientôt !

 

 

Le jour où j’ai raté le bus

De Jean-Luc LUCIANI
Chez Rageot, Février 2016
128 pages, Prix DOM : 7,48€

Le jour où j'ai raté le bus.jpeg

Un roman parlant du handicap et recommandé par les enseignants

Dès 8 ans

 

Résumé

Benjamin n’est pas un garçon comme les autres. Pour la voisine d’en face, il est handicapé; Pour une adolescente, il est débile et pour le directeur de son école c’est un enfant extraordinaire.

Il adore respecter les horaires car si on ne les respecte pas :

Le monde ne tourne pas bien et les gens se retrouvent la tête dans le mauvais sens

Seulement voilà, un jour le réveil de ses parents ne sonne pas et les horaires ne sont plus du tout respectés : sa mère est en retard et ne peut pas déposer son petit frère à l’école, et Benjamin rate le bus qui l’emmène tous les jours dans l’établissement qu’il fréquente.

Aïe ! Aïe ! Aïe ! C’est une catastrophe, le monde ne va plus tourner dans le bon sens d’autant plus que sous les conseils malveillants d’une adolescente il prend un autre bus qui le dépose dans une autre ville (pour lui c’est un autre pays et même le bout du monde !!). Mais cette situation qui au départ est très angoissante pour Benjamin devient très vite un jeu où il s’amuse avec les personnes qu’il rencontre et cherche à découvrir de nouvelles sensations..

J’ai des étoiles pleins la tête. J’ai des images, des odeurs, des bruits, des sensations qui m’étaient inconnues jusqu’ici. Comme si j’avais réussi à aller au bout de mon monde seul, par mes propres moyens, sans l’aide de personne. J’ai un immense goût de liberté posé sur la langue et je prends soin de garder la bouche fermée pour le retenir. Je ne veux pas le laisser partir. C’est un goût tout nouveau pour moi et je peux vous dire qu’il est très spécial, ce goût là. Je l’aime.

A vous de découvrir si Benjamin rentra chez lui ou non? 😉😉

Mon avis

C’est un livre que je classe directement dans  » les livres qui donnent envie de lire ». Idéal si vous parents, vous souhaitez initier vos enfants à la lecture d’un roman. Il éveil la curiosité! Je l’ai lu avec grand plaisir car j’y ai retrouvé de l’humour, du voyage, de l’amour familial et bien d’autres choses. Benjamin aime le goût de la liberté et moi j’ai adoré lire son histoire !! Les personnages sont amusants et tellement bien décrits que je croyais les connaître.

Pour les enseignants qui hésitent encore où qui recherchent un livre pour leur classe, celui-ci est tout trouvé car il parle de l’autisme sans même que ce mot n’y soit présent, il parle de tolérance, il parle d’autonomie et de la capacité à se dépasser. Benjamin est considéré par les personnes dites normales comme un débile et pourtant c’est lui qui s’amuse, c’est lui qui vit !!

A vous de jouer! Vous trouverez la fiche pédagogique ICI.

J’ai vraiment un gros coup de cœur pour ce roman. Cette version est une ré-édition, la première version a été éditée chez Rageot en Septembre 2006 pour les enfants de 10 ans et plus.

Vous trouverez un petit mot sur l’auteur dans la fiche pédagogique.

Ma note sur 5 : ❤❤❤❤❤

SOCRATE Le lapin noir

De Théa Dubelaar-Balzamont
Chez Editions Jasor, Septembre 2014
Prix : 7,50€

Socrate le lapin noir.png

Une histoire qui finit bien…

Dès 7 ans

Résumé

Benny est un petit garçon triste car sa mère vit avec un homme violent qui fume et rentre saoule tous les soirs. Il trouve qu’il ne la mérite pas et voudrait vivre seul avec elle.

Un jour, Benny aperçoit un lapin sous sa véranda, un joli petit lapin tout noir. Immédiatement, il le baptise Socrate et souhaite l’adopter. Mais Socrate est craintif et entendant le beau-père crier en appelant Benny, il détalle à toutes jambes!!

Benny ne voudrait pas fâcher le beau-père, mais il traîne quand même en chemin autant que possible. Il cherche le lapin. Son lapin. Il regarde partout : entre les arbustes, sous les voitures. Le plus discrètement possible pour ne pas passer pour un petit mal élevé, il jette même un coup d’oeil chez les gens – au cas où socrate se serait réfugié sous une autre véranda.

Le petit garçon réussit à attraper le lapin et à convaincre sa mère de le garder car c’est un petit lapin magique, elle le sent, il est capable de changer les gens et de rendre sa famille heureuse.

A vous de découvrir comment 😊

Mon avis

Je suis heureuse de vous présenter ici le premier livre de littérature antillaise issu de ma collaboration avec les éditions Jasor ! Et quel livre… Une belle histoire d’amitié entre un petit garçon et un lapin, une histoire d’amour entre une mère et un fils et ce malgrè la présence « indésirable » du beau-père violent et de l’arrivée prochaine d’un enfant issu de cette union.

Des histoires comme celle de Benny, on souhaiterait qu’il y en ait plusieurs car la fin est heureuse et elle fait du bien au moral !!

Le livre se lit très facilement et est accessible aux lecteurs confirmés (à partir de 7 ans), il n’y a pas d’illustrations mais il est tellement aisé d’imaginer les scènes, les décors et même de sentir les odeurs qu’elles ne manquent pas !

Bref, vous pouvez vous laissez tenter !  Nous on a adoré !

Note sur 5 : ❤❤❤

Mes Amis de la Forêt Enchantée – Tome 1: Lucie Longues-Moustaches a disparu

Traduit par Sophie Dieuaide
PKJ, Janvier 2016
Prix DOM : 5,69 €

 

Lucie longue-moustache couv.jpg

Roman première lecture tout en douceur

A partir de 7 ans

 

Résumé

Lili et Manon sont en vacances, c’est le moment idéal pour travailler au refuge des animaux. Elles adorent y soigner les animaux blessés, donner le biberon aux renardeaux abandonnés ou tout simplement parler aux écureuils, aux souris et aux hérissons.

Un jour, Goldie, une belle chatte dorée (qu’elles avaient déjà soignée au refuge) revient et entraine les deux amies jusqu’à un vieux chêne sur lequel des lettres sont gravées : « LA FORÊT ENCHANTÉE » lisent-elles en cœur, soudain une porte apparaît ! C’est de la magie !

Les deux filles entrent et découvrent alors un monde enchanté où les animaux parlent et se tiennent debout sur les pattes arrières. Elles sont ravies de faire la connaissance de nouveaux amis : Henri pique-Piquant  le hérisson, Mimi Patte-Tigrée le chaton, et toute la famille Longues-Moustaches. Mais très vite, Goldie, la chatte dorée leur explique qu’elle a besoin de leur aide pour sauver la forêt enchantée menacée par Grizelda la sorcière. Elles n’hésitent pas une minute malgré la peur que leur inspire cette méchante dame, surtout que celle-ci a enlevé leur nouvelle amie Lucie Longues-Moustaches, un ravissant bébé lapin !

Mon avis

Très beau roman où l’on retrouve des animaux qui parlent et une vilaine sorcière. Parfaite transition pour les premiers lecteurs entre les albums et les romans!

Le récit est doux et illustré de très beaux dessins. Vos enfants vont adorer lire ce livre, et vont très vite vous demander les autres tomes! 🙂

Les autres tomes :

Des fantômes à l’école

De Lenia Major & Marie Ligier de Laprade
Hemma, Septembre 2016

Série : Le BLOG des rosiers

Prix DOM : 5,70€

Des fantômes à l'école.jpg

Spéciale Halloween !!

Dès 6 ans

Résumé

Eva, Louis et Antoine sont trois jeunes reporters qui tiennent le « Blog des rosiers » dans lequel ils racontent la vie de leur école. Cette nuit, le sujet de leur reportage porte sur les illuminations de Noël, aussi se donnent-ils rendez-vous devant les grilles de l’école afin d’y photographier les illuminations.

Mais dès leur arrivée, un bruit étrange se fait entendre et des formes effrayantes passent devant les fenêtres du sous-sol.

Quelles sont ces choses étranges? Les trois amis décident de mener l’enquête, et ce malgré la peur qui les tiraille. Es-tu toi aussi prêt à savoir se qui se cache dans cette école la nuit?

Mon avis

Premier tome d’une nouvelle série pour les apprentis lecteurs, ces petits romans captivants vont ravir vos enfants car ils mêlent intrigues, mystères et humour.

Il y a des illustrations à toutes les pages, ce roman est donc vraiment à la portée des enfants à partir de 6 ans.

Ma couleur

De Sophie Charpin
Chez Balivernes Edition, Parution : 2007
Prix DOM : 8,63€

Ma Couleur_couv seule.indd

A partir de 7 ans

Prix et Sélections : Sélection du Prix de la Citoyenneté (2008)

Résumé

De quelle couleur je suis? Cette question Fathi se la pose à lui-même mais aussi à sa mère, son père, ses professeurs, ses amis, … Et chaque personne lui donne une réponse différente : « Tu es couleur chocolat« , « Tu es couleur d’été« , « Tu es de la couleur du coca« . Il ne connait pas ces couleurs, il ne les a pas apprises à l’école.

Mais alors de quelle couleur est Fathi?

macouleur__page_09

Né d’un père noir et d’une mère blanche, il a du mal à trouver sa place dans la société depuis le divorce de ses parents. Fathi est un métisse, et par cette question obsessionnelle il recherche sa propre identité.

Ce sont les gens qui changent, on ne m’avait pas prévenu. Les gens ne s’aiment pas tout le temps. Ma mère n’aime plus mon père.

Je croyais que tout serait toujours pareil, un noir, une blanche et de la musique.

Tout s’est cassé. J’ai perdu ma couleur de famille.

Au fur et à mesure de cette histoire, Fathi va trouver sa propre réponse, sa propre couleur. Mais comment va t-il s’y prendre?

Mon avis

Livre émouvant et tous les enfants issus du métissage se posent un jour où l’autre cette question : « De quelle couleur je suis? ». L’auteure décrit avec des mots d’enfants le mal être de Fathi suite à la séparation de ses parents, on va envie de le consoler, de l’aider à trouver une réponse à cette question et surtout on ressent le besoin de le rassurer.

Donc quand à la fin, ce petit garçon retrouve le sourire en trouvant sa propre voie, le lecteur se sent lui aussi heureux et léger de partager son bonheur.

Il y a également de très belles illustrations !

macouleur__page_56

J’attends vos remarques et commentaires sur ce livre. Et n’oubliez pas, si vous ne le trouver pas en Guadeloupe ou en Martinique, contactez l’Association!

Trognon le petit dragon à l’école de la Chair de Trouille

D’Eugène Santangelo
Baliverne Édition, 2009
Prix DOM : 8,63€

À partir de 7 ans

Trognon_Cover_only.indd

RÉSUMÉ

Trognon est un petit dragon de sept ans, c’est pour lui la rentrée à l’Ecole de la Chair de Trouille située dans le Bois d’où On Revient Pas.

Pendant cette rentrée, Trognon rencontre ses camarades de classe : Jean Boulet le fantôme, Minette Bandelette la momie ou encore Igor Globule le vampire. Au fur et à mesure de la journée et de leur emploi de temps, ils vont découvriront leurs professeurs et leurs spécialités : Mme Lucie Trouille par exemple experte en stratégies et tactiques horrifiques et embuscades réussies,.. .

Tout cela dans le but de suivre une formation afin de devenir un monstre digne de ce nom!!

MON AVIS

En lisant ce roman j’ai retrouvé un savant mélange d’Harry Potter et de Montres et Compagnie, il est très drôle et les illustrations faites par l’auteur lui-même ponctuent bien les descriptions.

J’ai vraiment beaucoup aimé et je le conseille à tous ceux qui sont fans d’histoires drôles.