Archives de tags | imagination

La vanité de Compère Citronnier

De Kristelle APATOUT
Chez Jasor, Mars 2013
Prix 9,50€

citronnier

Une bonne leçon de moral

Résumé

Compère Citronnier est le plus bel arbre, ses fruits, les citrons sont  gros et juteux ! Les autres arbres le jalousent et tous les animaux veulent goûter à ses fruits.

Seulement à force de flatterie, il devînt un arbre vaniteux et méchant. Les animaux décidèrent de lui donner une bonne leçon.

Découvre avec ce conte comment le Citronnier est devenu l’arbre chétif que l’on connait de nos jours.

Mon avis

Je suis heureuse de pouvoir vous faire découvrir ou redécouvrir la littérature Antillaise pour la jeunesse.

L’histoire de compère Citronnier déborde d’imagination, en la lisant, je me suis de nouveau retrouvée en colonie de vacances lors des veillées nocturnes quand les animateurs nous contaient des histoires! Yé CRIC… Parfois elles faisaient peur mais souvent nous devions trouver et retenir la morale . . . Yé crac. . .

Je vous propose de rencontrer Kristelle Apatout, l’auteure grâce à cette petite interview :

Interview de l’auteur

GDL : Pouvez-vous vous présenter? (Nom, Prénom, travail, quelques mots sur votre vie privée (enfants,…))

KA : Je m’appelle Kristelle Apatout. Je suis née le 26 octobre à Meaux en Seine et Marne, j’ai vécu là-bas jusqu’à l’âge de 7 ans. J’ai deux sœurs, une petite et une grande. Elles sont toutes les deux professeur.

Je suis mariée et mère de trois enfants (Une fille et deux garçons) âgés de 2 ans, 4 ans et 13 ans. Je vis à Sainte-Anne. Je suis éducatrice de jeunes enfants. J’ai travaillé de nombreuses années en crèche en tant qu’éducatrice puis directrice. Actuellement, je suis éducatrice de jeunes enfants indépendante. Je réalise des missions dans les structures d’accueil de la petite enfance, du soutien à la parentalité avec les particuliers par le biais des CCAS et des associations de service à la personne…

Qu’est-ce qui vous à amener à écrire des livres pour enfants? Et pourquoi avoir choisi ce public?

Enfant, mes parents me racontaient beaucoup d’histoires pour m’aider à m’endormir. Ma mère me lisait les contes classiques : comme le petit Chaperon rouge, Blanche Neige, La Belle au bois dormant… De temps en temps, mon père aussi, me racontait des histoires créoles. Il s’agissait des contes créoles traditionnels de compère Lapin, compère Zamba etc. J’aimais beaucoup ces moments.

A 12-13 ans, mes loisirs favoris étaient la lecture et le dessin. Nous habitions à cette époque, à la campagne, nos parents travaillaient. Pendant les vacances, lorsqu’on ne sortait pas en famille (visites aux cousins, grands-parents, plages, courses), c’est à la maison qu’on s’occupait. Au collège, je me suis rendue compte que mes rédactions plaisaient. J’ai été encouragée par mes professeurs de français.

Plus tard, j’ai tenu un blog de textes divers : politique, société, famille, culture… Il m’a amené progressivement à écrire sur la Nature, et, pour les enfants.

De plus, en tant qu’éducatrice, je ne trouvais pas dans les librairies des histoires satisfaisantes, qui mettaient en valeur notre patrimoine. Je voulais des contes qui parlent de notre environnement, des textes qui décrivent les richesses de notre faune et flore. Je voulais vraiment faire découvrir et apprécier la Guadeloupe, la Caraïbe.

D’où vous est venue l’idée de l’histoire de Compère Citronnier?

Je ne sais pas comment viennent les idées. C’est souvent en observant l’environnement qu’une pensée en amène une autre.

Cette histoire fait partie d’une forme de collection de contes dans lesquels je m’interroge sur les raisons des particularités des êtres vivants.

Pour « La vanité de compère citronnier », j’ai voulu faire un conte mettant en valeur nos arbres parce qu’ils sont tous magnifiques. On ne fait pas attention à eux car ils font justement partie du paysage. Ils sont pour nous « communs » J’ai imaginé un flamboyant extravagant, un campêche rustre, un figuier maudit lugubre et un citronnier qui était autrefois vaniteux car il était le plus beau. L’enfant grâce aux histoires pourra porter un autre regard sur ces arbres et chercher à les découvrir. « L’animisme » qui caractérise sa pensée facilite encore cela.

Et pourquoi avoir décidé de la faire publier?

Mes proches ont aimé cette histoire, ils m’ont conseillé de la proposer aux éditeurs.

Pouvez-vous nous expliquer les étapes par lesquelles vous êtes passée pour aboutir à cette publication?

J’ai seulement écrit le texte. Je l’ai adressé aux éditions Jasor. Il a été soumis au comité de lecture puis retenu. Un contrat d’édition a été signé avec les éditions Jasor. Nous avons ensuite procédé à des corrections. Certaines parties ont dues être complètement réécrites. Les éditions Jasor ont ensuite trouvé un illustrateur. On m’a soumis les dessins. Puis le livre est sorti. La procédure a duré environ deux ans car il a été difficile de trouver l’illustrateur adéquat.

Intervenez-vous dans des écoles ou des associations pour parler ou raconter cette histoire?

Oui, l’association « Ka, Contes et Comptines » a été créé en août 2016. Nous nous déplaçons dans les écoles pour raconter cette histoire et bien d’autres aux enfants. 11 petits spectacles ont déjà été proposés en écoles, médiathèque, centre culturel, OMCS. Je dis spectacle car il s’agit d’animations autour du livre. Les histoires sont entrecoupées de chansonnettes. Je suis accompagnée d’un joueur de tambour et d’une danseuse de gwo ka. C’est un partenariat avec l’association culturelle « Lakou véranda » (musique et danse traditionnelle)

Ayant l’imagination un peu fertile, j’ai voulu proposé un concept nouveau. Je propose aux établissements, de créer un conte en adéquation avec leur projet. Les histoires racontées sont inédites. C’est ainsi que les histoires suivantes sont nées :

Pourquoi le racoon porte un masque

Pourquoi mange-t-on des ignames à Noël

La légende du poisson armé

Pourquoi le chant du coq fait le soleil se lever etc…

Quelles sont vos projets pour l’avenir en tant qu’auteure? Avez-vous d’autres livres en cours de rédaction?

J’ai beaucoup de projets. Grâce à l’association « Ka, contes et comptines » je continue à écrire et à lire des histoires aux enfants. Le grand projet 2017-2018 est de publier un livre CD en collaboration avec un artiste peintre guadeloupéen. J’espère pouvoir le mener à bout !

Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mon activité à bientôt !

 

 

La passe-miroir (Tomes 1 et 2)

De Christelle Dabos
Chez Gallimard jeunesse
Tome 1 : les fiancés de l’hiver, paru en Juin 2013 / prix DOM: 20,7€
Tome 2 : les disparus du ClairdeLune, paru en Octobre 2015 / prix DOM: 21,9€

A partir de 12 ans

Résumé

Tome 1 : les fiancés de l’hiver

L’histoire se déroule à une époque où la Terre est séparée en plusieurs « arches » suite à un événement appelé La déchirure. Ophélie est une jeune femme maladroite vivant sur l’arche d’Anima, sa particularité réside en ses pouvoirs et ceux de sa famille : elle est liseuse (elle peut lire le passer d’un objet et ressentir les émotions des personnes l’ayant touché) et passe-miroir. Ses parents ont décidé de la marier à un homme vivant sur une autre arche: le Pôle, cette union a été approuvé par les doyennes, elle ne peut s’y opposer.

Elle se voit contrainte de quitter sa famille et son musée pour suivre Thorn son futur mari à la Citadelle (capitale du Pôle). Elle est accompagnée de sa tante et marraine Roseline qui joue le rôle de chaperon car selon la tradition sur Anima, un délai d’un an est nécessaire entre les fiançailles et le mariage.

Une fois arrivée sur l’arche, la jeune femme s’aperçoit rapidement que sa vie ne sera pas aussi simple que sur Anima, en effet, son futur mari et sa tante Berenilde cachent la vraie identité d’Ophélie : les habitants de la citadelle ne doivent pas savoir qui est elle est ni pourquoi elle est arrivée au Pôle.

La jeune femme (en apparence fragile) devra s’adapter rapidement afin de reconnaitre les différentes familles présentes sur cette arche et leurs pouvoirs mais également faire face à plusieurs intrigues, complots, menaces et autres jalousies pour enfin découvrir la véritable raison de cette future union avec cet homme énigmatique, froid et détesté de tous.

Tome 2 : les disparus disparus du Clairdelune.

Le Clairdelune est l’endroit le plus sur de la Citadelle, et pour cause, c’est la résidence de l’Ambassadeur Archibald, le meurtre et les autres machinations y sont interdits ! Mais alors comment expliquer que des hommes venus y chercher une protection soient portés disparus??

Ophélie d’abord proclamée vice-conteuse par le Seigneur Farouk, se voit attribuer le titre de grande liseuse familiale et par conséquent l’enquête sur les disparitions, ses dons pourront permettre de remonter la piste des coupables. Victime elle-même des mêmes menaces que les disparus, la jeune femme doit rapidement résoudre cette énigme avant la date de son mariage.

Thorn, son fiancé l’envoi avec sa famille loin de la Citadelle afin de la protéger, mais cet éloignement sera t-il suffisant? A qui peut-elle faire confiance?

Mon avis

Je dois dire que je me suis laissée influencer dans le choix de ces livres : les avis et excellentes critiques de mes amis libraires, le manque de disponibilité à la médiathèque (eh oui, ils étaient toujours empruntés par une autre personne) ont piqué ma curiosité (et pourtant j’ai fait de la résistance: le premier tome est paru en 2013 🤔). Mais je ne regrette pas du tout!!

Cette saga est tout simplement géniale, c’est le premier roman de Christelle Dabos et elle étonne par son imagination, son univers fantastique, ses personnages. J’y ai retrouvé l’univers d’Harry Potter.

Les intrigues déjà haletantes et bien menées dans le Tome 1 s’intensifient et sont liées entre elles dans le deuxième volet. Le lecteur est aussi éclairé sur certains personnages, notamment sur l’énigmatique Thorn, et sur certaines zones d’ombre sans pour autant dévoiler totalement le mystère du fameux livre du Seigneur Farouk.

J’ai carrément dévoré ces deux tomes et ils sont mes premiers coups de cœur pour cette année 2017! J’adore commencer l’année comme ça 😁

Note sur 5 : ❤❤❤❤❤

La sélection BD des éditions de la Gouttière

Myrmidon et Anuki sont deux aventuriers qui accompagnent nos enfants à partir de 2 ans depuis quelques années maintenant. Ces deux livres s’adressent donc à un jeune public pour les familiariser avec l’univers de la BD.

Les enfants peuvent les lire seuls et laisser voguer leur imagination.

Myrmidon et la grotte mystérieuse

de Loïc Dauvillier et Thierry Martin
Editions de la Gouttière, Septembre 2016
Prix DOM : 11,16€
A partir de 2 ans

Myrmidon (couverture).jpg

Myrmidon est un petit garçon qui s’imagine vivre de très belles aventures dès qu’il enfile un déguisement.

Dans cet épisode, le petit garçon se promène dans son jardin quand son chien déboule avec un silex et une peau de bête. Myrmidon parvient à se saisir du déguisement et de la lance et à l’enfiler. Il s’imagine alors en homme pré-historique, mais notre petit homme des cavernes n’est pas au bout de ses surprises car il se fait attaquer par un énorme tigre à dents de sable. Comment va t-il se sortir de cette formidable aventure? A vous de le découvrir!

Cet épisode est le 5ème tome de la série Myrmidon, sont déjà parus :

  • Myrmidon au pays des Cow-Boys
  • Myrmidon dans l’espace
  • Myrmidon dans l’antre du dragon
  • Myrmidon sur l’île des Pirates

Anuki – La Grande Course du printemps

de Sénégas & Maupomé
Editions de la Gouttière - Septembre 2016
Prix DOM : 12,30€

A partir de 4 ans

Anuki6_couverture.jpg

Ça y est : le printemps est arrivé !! Les indiens organisent la Grande course du printemps, une belle occasion de s’amuser tout en défiant ses amis. Anuki et les autres petits indiens ont hâte d’y participer, c’est la fête au village.

Mais les règles de la courses sont strictes: Pas de filles et il faut avoir une taille minimum, dans ce cas, pourquoi Nuna se présente t-elle sur la ligne de départ? En plus, la petite indienne est bien décidée à y participer malgré les avertissements de ses camarades.

Comment va se dérouler cette course en présence de Nuna?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Déjà parus :

  • Anuki, La guerre des poules
  • Anuki, La révolte des Castors
  • Anuki, Le coup du lapin
  • Anuki, Duel dans la plaine
  • Anuki, Grand-Pied

Mon avis

Très belles BD à faire absolument découvrir à vos enfants !

Comment se débarrasser d’un vampire avec du ketchup, des gousses d’ail et un peu d’imagination.

De Jean-Marcel ERRE
Edition : Rageot Pop, Janvier 2016
Prix France : 11,90 €, Prix DOM : 13,69€

Dès 7ans

Comment se débarrasser d'un vampire (couverture).jpeg

Avec ce roman, J-M Erre signe son premier écrit pour la jeunesse. Toujours avec une touche d’humour dans ses romans, cet auteur gagne a être connu. Comment se débarrasser d’un vampire est drôle, imaginatif et plaira aux garçons (même si la petite Zazie a une piètre opinion d’eux) comme aux filles.

Résumé

Zazie, une petite fille pleine de peps reçoit de sa grand-mère un journal intime pour Noël, elle décide de lui confier ses secrets et d’y noter toutes ses aventures (même si ce journal est un garçon).

Elle déborde d’imagination et d’espièglerie (un peu égocentrique aussi), ses lectures nocturnes car interdites par ses parents alimentent son esprit déluré.

« Depuis une semaine, tous les soirs, quand les lumières sont éteintes quand mes parents m’ont fait le dernier bisou et qu’ils sont partis ronfler devant la télévision, j’allume ma lampe de poche et j’ouvre Dracula.

Je fais une grotte avec ma couette et mes trois coussins, j’installe mon doudou pingouin à côté de moi, puis on se met à lire… Et Dracula lu dans le noir et le silence de ma chambre, je te garantis que ça fiche la trouille »

C’est donc dans ce contexte et tout naturellement qu’elle imagine le remplaçant de sa maîtresse comme un vampire suceur de sang. Elle élabore alors plusieurs plans à l’aide de ses amies pour le débusquer et le mettre hors d’état de nuire. D’où le ketchup, les gousses d’ail et un peu (moi je dirais BEAUCOUP) d’imagination.

Mon avis

Le livre est vraiment très bien écrit et se lit facilement. Bien adapté à la tranche d’âge visée (les 7-11 ans), de plus la collaboration avec Clémence LALLEMAND, illustratrice, permet d’aérer le livre et ponctue les situations drôles (description des personnages, mise en image des scènes, …).

Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et parfois même je riais franchement (d’ailleurs, je l’ai donné à mon neveu de 7 ans qui tenait absolument à le lire et je compléterais cet article par son avis).

Je le conseille à tous les petits débordants d’imagination car la fin est surprenante : Zazie a t-elle raison? Son maître est-il vraiment un vampire? (mais chut!! Il ne faut pas le dire à mon neveu).

Ce roman permettra également aux parents de se rendre compte du rôle de la lecture (et/ou des écrans) dans l’imaginaire des enfants et pourquoi il est important d’adapter le contenu des médias à leur âge.