Archives de tags | littérature antillaise

Deux albums pour les aider à grandir : Le Galet Bleu et la Ville de Pluie

J’ai sélectionné pour vous deux albums de Laure et Viva Cuirassier parus aux éditions JASOR car les histoires racontées dans ces livres aident les enfants à grandir en affrontant leurs peurs (Le Galet Bleu) ou en acceptant la différence des autres ou d’être soi-même différent (La Ville de Pluie).

J’ai également eu la chance d’échanger avec Laure Cuirassier et elle m’a expliqué ce qui l’a poussé à prendre sa plume et écrire des histoires à destination de la jeunesse.

 

Le Galet bleu

galet_bleu-1

Année d’édition : 2014
A partir de 2 ans avec les parents 
primé en 2013 pour la seconde édition du concours Livre jeunesse en Caraïbe

Résumé 

De nouveaux voisins viennent d’arriver mais ils ont un Gros Chien Méchant qui aboie, montre ses dents et tire sur sa chaîne quand la petite fille passe devant pour aller à l’école.

Elle a peur, elle ne veut plus aller à l’école. Sa mère l’aidera à dominer cette peur en lui offrant un galet magique : le Galet Bleu.

Mon avis

Ce livre est présenté sous format paysage. Il est destiné à aider les enfants à surmonter leurs peurs.

A lire et relire avec les enfants, il peut également être offert aux lecteurs débutants car les lignes de textes sont peu nombreuses et en gros caractères, de plus il est très bien illustré, les couleurs sont chaudes et rassurantes. L’univers que Viva Cuirassier nous propose à travers ses illustrations est apaisant, l’enfant peut grâce à cela se sentir en confiance et vaincre ses peurs.

galet_bleu-2

Lire cet album invite également les enfants à découvrir la faune et la flore de la Guadeloupe du manguier aux pique-boeufs en passant par le calebassier et la mangouste.

Vous aussi chers parents, vous y trouverez de quoi vous ravir :

  • tout d’abord une bien belle idée pour aider vos enfants à grandir.
  • un vocabulaire riche et imager, facile à expliquer

 

La Ville de Pluie

La Ville de Pluie_ couverture

Année d’édition : 2015
A partir de 2 ans avec les parents

Résumé

Il pleut sans arrêt dans la Ville de Pluie. Et il y a un homme petit, tellement petit qu’il disparaît sous son parapluie ☔️ qui a l’air de se déplacer tout seul et il effraie les autres personnes.

Le Petit Homme est triste 😢, ses amis Chien, Chat et Oiseau décident de l’aider en arrêtant la Pluie!!

Mais vont-ils y parvenir? Petit Homme sera t’il un jour heureux?

Mon avis

Des deux albums, c’est celui que je préfère. Quelle belle histoire à raconter le soir ou lors d’u moment détente aux enfants!! Je ne m’en lasse pas.

Il nous apprend la différence, comment ceux qui ne sont pas comme les autres peuvent être tristes à cause de l’ignorance de ces personnes.

Lors de mon échange avec Laure Cuirassier, elle m’a expliqué que la Ville de Pluie a été écrite comme une ritournelle dans laquelle chacun apporte son grain de sel pour arriver à aider le petit homme.

 

Quelques mots sur Laure et Viva Cuirassier

 

Laure et Viva Cuirassier

Laure et Viva Cuirassier

Laure et Viva Cuirassier sont auteure et illustratrice de ces deux albums. Elles sont très impliquées dans l’accès aux livres des jeunes guadeloupéens et sont membres  de l’association LIV (Lire Imaginer Vivre) pour la promotion de la lecture aux enfants mais aussi et surtout aux adultes car ce sont les parents qui doivent amener leurs enfants à la lecture.

Laure Cuirassier a travaillé à la médiathèque de Sainte-Anne, elle a eu l’occasion par cette expérience de remarquer que la littérature antillaise à destination de la jeunesse ne proposait pas beaucoup de livres. Les enfants avaient du mal à s’approprier l’histoire et à s’identifier aux héros.

C’est la raison pour laquelle elle a souhaité écrire des histoires à destination de la jeunesse guadeloupéenne et antillaise. Elle y parle des fruits, des légumes et des animaux de chez nous. Ces histoires ce sont celles qu’elle racontait à Viva, sa fille de 4 ans quand elles sont rentrées en Guadeloupe et que celle-ci avait un peu de mal à s’adapter.

La Ville de Pluie par exemple est tirée de sa propre expérience en tant qu’albinos sur l’ignorance des personnes face à cette différence.

Viva Cuirassier

Viva Cuirassier, est une artiste plasticienne. Elle vit à Paris

Son choix des couleurs pour illustrer les albums est très travaillé, elle utilise surtout le camaïeu de couleur sur chaque planche avec des couleurs chaudes et rassurantes avec une signification précise par rapport aux textes de sa mère.

Les formes s’apparentent pour les enfants à l’utilisation des gommettes de couleur (selon ma fille), elle était donc ravie de se dire qu’elle pourrait également illustrer une histoire avec ses propres gommettes, ses feutres et ses crayons.

Et en suivant les conseils de Laure, nous avons fait un petit exercice que vous pourrez également faire avec vos enfants « Dessiner son petit homme de la Ville de Pluie ».

La littérature jeunesse pour les aider à grandir ?

 

Les enfants ont-ils besoin des livres pour grandir ?

Oui, mais pas de n’importe lesquels ! Quand les albums n’infantilisent pas les petits lecteurs mais respectent leur rapport au monde, la lecture contribue à leur développement.

Citation de Joëlle Turin qui a exploré une centaine d’albums à travers cinq domaines évocateurs de la vie de l’enfant, ses jeux, ses peurs, ses questions, ses relations avec les autres et ses sentiments.

Grandir, c’est acquérir une autonomie, exercer sa liberté, affirmer sa capacité à penser, agir et désirer, autant qu’à prendre en compte la pensée des autres, sortir de son point de vue et se décentrer. Les histoires supposent à la fois la capacité d’unifier une multiplicité de faits dans une trame, de s’intéresser à des expériences individuelles s’éloignant plus ou moins d’une réalité empirique, de suivre la trajectoire des personnages, de s’imaginer à leurs côtés, de partager leurs points de vue, de participer au déroulement de leurs actions, de leur emboîter le pas, de faire siennes leurs pensées, leurs questions, leur destin et d’éprouver des émotions.

Publicités

La vanité de Compère Citronnier

De Kristelle APATOUT
Chez Jasor, Mars 2013
Prix 9,50€

citronnier

Une bonne leçon de moral

Résumé

Compère Citronnier est le plus bel arbre, ses fruits, les citrons sont  gros et juteux ! Les autres arbres le jalousent et tous les animaux veulent goûter à ses fruits.

Seulement à force de flatterie, il devînt un arbre vaniteux et méchant. Les animaux décidèrent de lui donner une bonne leçon.

Découvre avec ce conte comment le Citronnier est devenu l’arbre chétif que l’on connait de nos jours.

Mon avis

Je suis heureuse de pouvoir vous faire découvrir ou redécouvrir la littérature Antillaise pour la jeunesse.

L’histoire de compère Citronnier déborde d’imagination, en la lisant, je me suis de nouveau retrouvée en colonie de vacances lors des veillées nocturnes quand les animateurs nous contaient des histoires! Yé CRIC… Parfois elles faisaient peur mais souvent nous devions trouver et retenir la morale . . . Yé crac. . .

Je vous propose de rencontrer Kristelle Apatout, l’auteure grâce à cette petite interview :

Interview de l’auteur

GDL : Pouvez-vous vous présenter? (Nom, Prénom, travail, quelques mots sur votre vie privée (enfants,…))

KA : Je m’appelle Kristelle Apatout. Je suis née le 26 octobre à Meaux en Seine et Marne, j’ai vécu là-bas jusqu’à l’âge de 7 ans. J’ai deux sœurs, une petite et une grande. Elles sont toutes les deux professeur.

Je suis mariée et mère de trois enfants (Une fille et deux garçons) âgés de 2 ans, 4 ans et 13 ans. Je vis à Sainte-Anne. Je suis éducatrice de jeunes enfants. J’ai travaillé de nombreuses années en crèche en tant qu’éducatrice puis directrice. Actuellement, je suis éducatrice de jeunes enfants indépendante. Je réalise des missions dans les structures d’accueil de la petite enfance, du soutien à la parentalité avec les particuliers par le biais des CCAS et des associations de service à la personne…

Qu’est-ce qui vous à amener à écrire des livres pour enfants? Et pourquoi avoir choisi ce public?

Enfant, mes parents me racontaient beaucoup d’histoires pour m’aider à m’endormir. Ma mère me lisait les contes classiques : comme le petit Chaperon rouge, Blanche Neige, La Belle au bois dormant… De temps en temps, mon père aussi, me racontait des histoires créoles. Il s’agissait des contes créoles traditionnels de compère Lapin, compère Zamba etc. J’aimais beaucoup ces moments.

A 12-13 ans, mes loisirs favoris étaient la lecture et le dessin. Nous habitions à cette époque, à la campagne, nos parents travaillaient. Pendant les vacances, lorsqu’on ne sortait pas en famille (visites aux cousins, grands-parents, plages, courses), c’est à la maison qu’on s’occupait. Au collège, je me suis rendue compte que mes rédactions plaisaient. J’ai été encouragée par mes professeurs de français.

Plus tard, j’ai tenu un blog de textes divers : politique, société, famille, culture… Il m’a amené progressivement à écrire sur la Nature, et, pour les enfants.

De plus, en tant qu’éducatrice, je ne trouvais pas dans les librairies des histoires satisfaisantes, qui mettaient en valeur notre patrimoine. Je voulais des contes qui parlent de notre environnement, des textes qui décrivent les richesses de notre faune et flore. Je voulais vraiment faire découvrir et apprécier la Guadeloupe, la Caraïbe.

D’où vous est venue l’idée de l’histoire de Compère Citronnier?

Je ne sais pas comment viennent les idées. C’est souvent en observant l’environnement qu’une pensée en amène une autre.

Cette histoire fait partie d’une forme de collection de contes dans lesquels je m’interroge sur les raisons des particularités des êtres vivants.

Pour « La vanité de compère citronnier », j’ai voulu faire un conte mettant en valeur nos arbres parce qu’ils sont tous magnifiques. On ne fait pas attention à eux car ils font justement partie du paysage. Ils sont pour nous « communs » J’ai imaginé un flamboyant extravagant, un campêche rustre, un figuier maudit lugubre et un citronnier qui était autrefois vaniteux car il était le plus beau. L’enfant grâce aux histoires pourra porter un autre regard sur ces arbres et chercher à les découvrir. « L’animisme » qui caractérise sa pensée facilite encore cela.

Et pourquoi avoir décidé de la faire publier?

Mes proches ont aimé cette histoire, ils m’ont conseillé de la proposer aux éditeurs.

Pouvez-vous nous expliquer les étapes par lesquelles vous êtes passée pour aboutir à cette publication?

J’ai seulement écrit le texte. Je l’ai adressé aux éditions Jasor. Il a été soumis au comité de lecture puis retenu. Un contrat d’édition a été signé avec les éditions Jasor. Nous avons ensuite procédé à des corrections. Certaines parties ont dues être complètement réécrites. Les éditions Jasor ont ensuite trouvé un illustrateur. On m’a soumis les dessins. Puis le livre est sorti. La procédure a duré environ deux ans car il a été difficile de trouver l’illustrateur adéquat.

Intervenez-vous dans des écoles ou des associations pour parler ou raconter cette histoire?

Oui, l’association « Ka, Contes et Comptines » a été créé en août 2016. Nous nous déplaçons dans les écoles pour raconter cette histoire et bien d’autres aux enfants. 11 petits spectacles ont déjà été proposés en écoles, médiathèque, centre culturel, OMCS. Je dis spectacle car il s’agit d’animations autour du livre. Les histoires sont entrecoupées de chansonnettes. Je suis accompagnée d’un joueur de tambour et d’une danseuse de gwo ka. C’est un partenariat avec l’association culturelle « Lakou véranda » (musique et danse traditionnelle)

Ayant l’imagination un peu fertile, j’ai voulu proposé un concept nouveau. Je propose aux établissements, de créer un conte en adéquation avec leur projet. Les histoires racontées sont inédites. C’est ainsi que les histoires suivantes sont nées :

Pourquoi le racoon porte un masque

Pourquoi mange-t-on des ignames à Noël

La légende du poisson armé

Pourquoi le chant du coq fait le soleil se lever etc…

Quelles sont vos projets pour l’avenir en tant qu’auteure? Avez-vous d’autres livres en cours de rédaction?

J’ai beaucoup de projets. Grâce à l’association « Ka, contes et comptines » je continue à écrire et à lire des histoires aux enfants. Le grand projet 2017-2018 est de publier un livre CD en collaboration avec un artiste peintre guadeloupéen. J’espère pouvoir le mener à bout !

Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mon activité à bientôt !